Des pistes d’amélioration du financement de l’efficacité énergétique dans l’industrie française à s’approprier

Dans les années à venir, le renforcement de la compétitivité des activités industrielles appelle des investissements structurants, notamment ceux faisant levier sur la performance énergétique des procédés de fabrication. Or le sujet du financement d’investissements industriels d’envergure, intégrant les dernières innovations technologiques pour atteindre une rupture significative en termes de consommations d’énergie ou visant une amélioration incrémentale de la performance énergétique, semble constituer aujourd’hui un des freins au développement de ces projets.

L’ADEME, Axens, ENEA, GRDF et GRTgaz ont donc initié une étude visant à proposer des recommandations pour favoriser le financement de tels projets d’investissement.

Cette étude se distingue, sur le plan méthodologique, par la réalisation d’interviews à forte valeur ajoutée de 20 décideurs de haut niveau d’industriels consommateurs d’énergie (Directeurs Industriels, DAF …), au sein de grandes entreprises et d’ETI, et de 10 décideurs de l’offre technologique et de l’offre de financement (fournisseurs de technologies, ingénieries, financiers, banques).

L’étude dresse un état des lieux complet et fin de l’efficacité énergétique dans l’industrie :

  • Processus d’investissement, circuits de décision des industriels et organisations opérationnelles et fonctionnelles en place autour des questions d’efficacité énergétique
  • Freins et leviers des industriels, notamment leur politique de gestion des risques pour l’évaluation et le suivi des investissements en efficacité énergétique
  • Schémas de financement existants et envisagés pour permettre ce type d’investissement

Elle conclut à 11 propositions visant l’amélioration du financement de l’efficacité énergétique industrielle, réparties en 4 catégories :

  • Mobiliser les acteurs pour structurer et promouvoir la performance énergétique dans les projets industriels
  • Dérisquer pour faciliter le financement des projets industriels productifs plus sobres énergétiquement et valoriser les gains énergétiques
  • Structurer les outils de financement visant l’amélioration de la performance énergétique industrielle
  • Promouvoir une fiscalité et des aides incitatives en faveur des projets industriels productifs plus sobres énergétiquement

Le comité de pilotage de l’étude est au final d’avis que l’approfondissement de certaines de ces idées, en vue de leur adoption ultérieure, est de nature à favoriser la pénétration de technologies plus sobres énergétiquement dans l’industrie, et donc d’aller dans le sens d’une diminution significative des consommations d’énergie dans l’industrie. En conséquence, le comité de pilotage a identifié les pistes qui lui paraissent les plus prometteuses et qui pourraient faire l’objet d’approfondissements ultérieurs, notamment :

  • Favoriser les échanges entre acteurs en animant une filière associant la demande industrielle et l’offre technologique et de financement en efficacité énergétique industrielle, à des fins opérationnelles
  • Accompagner l’évolution des modèles d’affaire des acteurs de l’offre technologique vers la vente de solutions plus sobres énergétiquement
  • Encourager le lancement d’une offre de service en déconsolidation, pour faciliter le traitement de cette question par les industriels
  • Mettre en place un schéma de partage du risque opérationnel lié à l’intégration de technologies innovantes
  • Mettre en place un mécanisme de certification des gains énergétiques attendus et le réseau d’acteurs associés, pré-requis pour créer les conditions de la confiance des industriels comme des investisseurs quant aux bénéfices attendus des projets industriels productifs plus sobres énergétiquement

Ecrit par

Yannael Billard

Yannael Billard