L’intégration d’énergies renouvelables dans l’industrie

L’intégration des énergies renouvelables (EnR) dans l’industrie est une pratique déjà répandue dans le monde. Au-delà d’une réduction des émissions de gaz à effet de serre, elle implique des gains opérationnels, économiques et non-financiers pour les acteurs industriels, au sein d’un environnement énergétique changeant.

ENEA Consulting a publié les résultats d’une étude sur l’intégration des énergies renouvelables dans l’industrie, menée en partenariat avec Kerdos Energy pour le compte de l’Agence Internationale de l’Energie – Déploiement des Technologies d’Energies Renouvelables (IEA-RETD) opérant dans le cadre légal de l’Agence International de l’Energie.

Cette étude vise à fournir une source d’inspiration et un état de l’art des possibilités d’application des énergies renouvelables dans l’industrie (identification de plus de 200 projets à travers le monde) et à présenter les best-practices et les points clés de ces projets pour les industriels grâce à l’étude de 21 cas emblématiques. Le second objectif visé est de formuler une série de recommandations pour les responsables politiques et de faire part des conclusions retenues aux acteurs industriels afin de faire de l’intégration des EnR une pratique généralisée à travers le monde.

Différents schémas d’intégration sont possibles, allant de simples projets ne nécessitant pas d’investissements importants à des solutions plus complexes pouvant nécessiter de profondes adaptations des processus de production. L’intégration d’EnR dans des actifs industriels apporte des résultats directement activables par les industriels souhaitant améliorer leur système de production, tels qu’une baisse de la facture énergétique et du prix de la couverture énergie ainsi qu’une plus grande fiabilité dans l’approvisionnement en énergie.
Cependant, différentes contraintes empêchent encore un déploiement complet des EnR dans l’industrie. Mais les industriels et les responsables politiques ont un large panel d’options pour les surmonter. Huit problématiques ont été identifiées comme décisives dans le choix d’un industriel d’intégrer ou non des EnR dans son système de production. Ainsi, le recours à des Sociétés de Services Energétiques (ESCO) représente une opportunité significative pour des acteurs industriels en manque de capitaux propres pour développer leurs propres projets EnR. De la même manière, de nouveaux régimes contractuels de court terme, plus en phases avec les contraintes des industriels et des Sociétés de Servies Energétiques sont en cours de développement.

Au-delà d’incitations financières, de nouveaux régimes de support public devront être implémentés et des innovations techniques, contractuelles et commerciales sont encore nécessaires. Les responsables politiques devront faire en sorte que la législation permette, voir favorise, les différents schémas d’intégration des EnR. Les industriels devront accélérer leur engagement à adapter leur ingénierie financière et contractuelle à ces nouveaux schémas. Si ces barrières sont levées, un vaste champ d’opportunité est susceptible de s’ouvrir pour des projets innovants dans les années à venir.

Ecrit par

Inès Galichon

Inès Galichon