Etude prospective sur les impacts du changement climatique sur l’élevage paysan, et inversement, en Afrique sub-saharienne à horizon 2020

L’élevage paysan* joue un rôle prépondérant dans la survie de millions d’Africains.

En plus de constituer une source d’alimentation et de revenus pour les éleveurs, les animaux ont en effet une valeur environnementale (production de fumier, carburant, matériel de construction, produits désinfectants, vêtements, …) et sociale (dot, cérémonies religieuses) particulièrement importante. Dans le cadre de ses activités, Vétérinaires Sans Frontières Belgium (VSF-B) se préoccupe de l’élevage paysan et du changement climatique, afin de soutenir le développement d’un élevage durable.

Depuis 2007, ENEA travaille sur l’analyse à moyen terme (2020-2030) des potentiels impacts des évolutions environnementales et sociales sur les stratégies et les modèles d’affaire de ses clients (industriels, institutionnels, investisseurs, …). ENEA, société de conseil en énergie et développement durable pour l’industrie, a développé une méthodologie rigoureuse d’analyse documentée et de cartographie de ces évolutions afin de concevoir, avec ses clients, des stratégies et des feuilles de routes adaptées à ces contraintes environnementales et sociales.

VSF-B développe des programmes particulièrement exposés aux risques associés au changement climatique. Dans le cadre de ses activités de mécénat, ENEA a réalisé avec VSF-B une étude prospective sur les impacts du changement climatique sur l’élevage paysan, et inversement, à horizon 2020, dans les pays d’Afrique subsaharienne, dans une optique d’atténuation / adaptation au changement climatique.

Plus précisément, les enjeux environnementaux et sociaux suivants ont été analysés et synthétisés dans le rapport disponible en téléchargement : changement climatique et perturbations connexes, évolutions démographiques, épuisement des ressources naturelles, impacts environnementaux des activités économiques, et facteurs géopolitiques. L’élevage paysan a ensuite été analysé en regard de ces axes environnementaux et sociaux.

Une telle approche souligne le fait que chaque enjeu environnemental et social présente à la fois des risques et des opportunités pour l’élevage paysan en Afrique. Cette étude propose ainsi de possibles actions d’atténuation et d’adaptation qui pourraient constituer le point de départ de la définition, au cas par cas, de stratégies d’atténuation et d’adaptation pour les personnes et organisations concernées.


*Pour info :

Le terme d’élevage paysan fait ici référence à un système d’élevage extensif où l’éleveur (une personne, une famille, ou une coopérative) est à la fois le propriétaire du bétail, et son gestionnaire. Il se caractérise par une importance égale accordée aux piliers économique, environnemental et social dans les processus de décision, et diffère, en termes de priorité, de l’élevage intensif, davantage centré sur le rendement.