Etat des lieux du biométhane en France et pistes de réflexion pour le développement de la filière

À l’issue d’un travail collaboratif, ENEA Consulting et 7 partenaires de référence, Biogaz Vallée, Cryo Pur, GRDF, GRTgaz, Meridiam, TIGF et TOTAL, publient une étude proposant une analyse approfondie de l’état de développement de la filière biométhane française. Cet état des lieux complet et objectif s’accompagne de pistes de réflexion pour le développement de la filière.

Lancée en 2011, la filière biométhane française est une filière jeune, dynamique et déjà compétitive. L’étude coordonnée par ENEA Consulting identifie plusieurs leviers susceptibles de lui permettre de s’inscrire durablement dans le mix énergétique français.

  • Axe industriel : réduire les coûts grâce à l’innovation et l’optimisation des technologies et des pratiques opératoires. L’étude détermine ainsi qu’une réduction de 30% des coûts de production actuels est accessible d’ici 5 à 10 ans.
  • Axe réglementaire : adapter progressivement le cadre de soutien en cohérence avec l’évolution de la maturité de la filière.
  • Axe financier : faire émerger des schémas de financement efficaces et adaptés aux spécificités des projets biométhane. L’étude estime qu’un volume de financement de 10Mds € sera nécessaire à horizon 2030 pour continuer à développer le parc de production.
  • Axe administratif : simplifier les démarches permettra de réduire les temps de développement des projets.

Implantée au cœur des territoires, la filière biométhane offre des externalités positives de diverses natures dont la valorisation contribuera à inscrire la filière sur le long terme. Le développement du biométhane permettra notamment :

  • d’ancrer une économie circulaire à l’échelon local en matière de gestion et de recyclage des déchets ;
  • de renforcer le développement de solutions de mobilité durable dans le secteur du transport grâce au biométhane carburant (bioGNV), sous forme de bioGNC ou bioGNL, afin d’améliorer la qualité de l’air ;
  • de contribuer au développement de l’économie locale en assurant un complément de revenu aux agriculteurs (90% du potentiel de production de biométhane est agricole) ;
  • d’atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) fixés par la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte.

Les éléments clés* :

  • 35 sites injectent du biométhane dans l’ensemble des réseaux de gaz
  • 315GWh/an de production soit l’équivalent de la consommation annuelle de 26 250 foyers
  • Multiplication par 3 de la quantité de biométhane injectée dans les réseaux depuis 2015
  • La France 5ème producteur européen de biométhane à fin 2016
  • 297 projets supplémentaires inscrits en file d’attente de raccordement, soit une capacité d’injection de 6,5 TWh/an correspondant à 2 % de la consommation française de gaz naturel
  • Objectif de 10% de gaz renouvelable dans la consommation française à horizon 2030 (Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte).

* A fin juin 2017


Photo : © BRANDEL GREGORY – GRDF